Cette nuit, l’Allemagne et la France ont perdu ensemble.

Les Allemands et les Français doivent défendre ensemble l’Europe

Cette nuit, l’Allemagne et la France ont perdu ensemble. Il s’agit maintenant de trouver une réponse commune.

Georg Blume, correspondant à Paris du journal Die Zeit. 

Deutscher Artikel: http://www.zeit.de/politik/2015-11/franzosen-deutsche-anschlag-paris

Les Français et les Allemands furent-ils jamais aussi proches que dans cette nuit d’horreur à Paris ? « C’est la faute à Hollande ! » crièrent les terroristes qui attaquèrent une salle de concert et tuèrent, d’après les connaissances dont on dispose jusqu’à présent, au moins 70 personnes. Le Président de la France, François Hollande, était au même moment assis près du Ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, et regardait, comme des millions de personnes, la rencontre de football France-Allemagne. Des bombes explosèrent près du stade.
Quels combats c’étaient dans le passé lorsque les Français et les Allemands se présentaient les uns en face des autres ! Coupe du monde de 1982 en Espagne, demi-finale : Schumacher lève la jambe, Battiston s’effondre. Ces joutes sportives inoffensives étaient toujours habitées par une vieille inimitié héréditaire. C’est pourquoi Kohl et Mitterrand durent en 1984, à Verdun, se tenir la main au-dessus des tombes de la Première Guerre mondiale. Les plaies n’étaient pas encore toutes refermées.
 
Soudain, le football perd toute importance. La France l’a emporté et pourtant aucune chaîne de télévision ou de radio n’a annoncé les résultats. Car la France et l’Allemagne ont cette nuit perdu ensemble.
 
Chacun doit maintenant avoir compris pourquoi la brigade franco-allemande n’est pas un luxe, pourquoi, à l’avenir, les deux pays auront besoin d’une armée commune. Les Français et les Allemands doivent dorénavant reconnaître que l’engagement militaire français au Proche-Orient et l’accueil allemand des réfugiés syriens ne sont que les deux faces d’une même médaille. Il n’y a pas une réponse française et une réponse allemande à la crise au Proche-Orient mais seulement une réponse commune.
 
Depuis cette nuit de Paris, on sent bien que les Allemands et les Français se tiennent pour la première fois sur un front commun. Cela a commencé à la 16e minute de la rencontre : le défenseur latéral Patrick Evra avance avec le ballon, soulève brièvement la tête et entend une violente explosion. Il est distrait pendant un instant ; il fait une passe en arrière ; le jeu se poursuit. C’est cet instant que des millions de Français et d’Allemands vont garder en mémoire. En effet, l’attaque terroriste que cette explosion annonça concerne tout le monde dans le stade, Hollande et Steinmeier, Evra et Schweinsteiger, les Français et les Allemands.
 
Les terroristes ont choisi avec une grande précision leur cible. Ils visaient la civilisation européenne libre ou, plus précisément, la civilisation franco-allemande de loisirs qui se présentait sans défense au « Stade de France. Il s’agit maintenant de voir si les Français et les Allemands vont continuer à se tenir par la main, s’ils peuvent apprendre à se battre côte à côte.
 
Cela ne signifie pas que les deux nations doivent se lancer dans des aventures guerrières communes. Mais, face à leur nouvel ennemi, elles doivent mettre en place une stratégie coordonnée jusque dans les moindres détails. Jusqu’à aujourd’hui, la France et l’Allemagne ont construit en commun l’Union européenne. Depuis cette nuit, elles doivent la défendre ensemble.

Article publié dans Zeit-Online le 14 novembre 2015 à 7 h 38.

http://www.zeit.de/politik/2015-11/franzosen-deutsche-anschlag-paris

(traduction d’Apolline Simons, Laetita von Roell et Flavien Le Bouter/Lycée franco-allemand de Fribourg-en-Brisgau)

Imprimer E-mail