Formation à la justice climatique

justiceclimatiqueAujourd'hui, plus de mille plaintes relatives au climat ont été déposées dans le monde...Et parfois par des enfants ! Deux juristes sont venus sensibiliser les élèves du Lycée Franco-Allemand aux bases de la justice climatique.

Lundi 9 décembre, deux intervenants extérieurs sont venus sensibiliser une classe de 3ème et un groupe de lycéens sur le lien entre le droit et le changement climatique. Roxane Chaplain (étudiante M2 Droit de l’environnement) et Jérôme Graefe (juriste au sein de l'association France Nature Environnement) font tous les deux partis de l’association « Notre Affaire à Tous » qui utilise le droit comme levier pour la lutte contre le changement climatique. Cette association créée en été 2015 est issue du mouvement End Ecocide on Earth, qui cherche à faire reconnaître, au niveau pénal international, les atteintes les plus graves portées à l’environnement. Elle fait partie des 4 associations à avoir lancé L’Affaire du siècle qui a assigné l’État français en justice devant le Tribunal administratif de Paris pour inaction face aux changements climatiques.

D'après cette association : "La justice climatique vise à faire respecter par tous (L’État comme les citoyens) les obligations face au changement climatique, et le droit de chacun à vivre dans un environnement sûr, propre, sain et durable en vue de garantir la jouissance effective des droits de l’homme."

Lors de la formation, différents thèmes ont été abordés, notamment les causes et les impacts du changement climatique, les notions clés du droit et la corrélation entre les droits de l’Homme et l’environnement. Les intervenants ont utilisé différentes approches comme par exemple le débat mouvant où chacun se place dans la case qui lui semble juste (d’accord/pas d’accord/pas sûr), ce qui fait participer les élèves et permet d’échanger avec eux dans le but de débattre sur les différents avis.

Ana, une des lycéenne présente à cette formation concluait ainsi cette formation : "Mes camarades et moi sommes très satisfaits de cette sensibilisation. J'ai pu voir d'autres manières d'approcher le problème du changement climatique. Je trouve cela très intéressant de voir qu'il y a un grand travail dont on n'entend pas forcément parler, qui est fait par des professionnels s'occupant des actions juridiques déposées pour action insuffisante contre le changement climatique."

article et photo: Guillaume Chevallier

ImprimerE-mail